L’industrie légère : le nouveau poids lourd de l’économie québécoise ?

La remontée insuffisante de l’investissement manufacturier au Québec1 n’est pas le signe d’une érosion fatale. L’absence de nouveaux investissements de l’industrie lourde (ex. : métaux primaires, pâtes et papiers) retient davantage l’attention que le dynamisme de l’industrie légère.

Automatisation et industrie légère : ça bouge

Deux indices d’une amélioration de la structure de coût dans l’industrie légère2 :

  • la baisse généralisée et régulière de l’emploi permanent créé par million de dollars investis dans des projets d’immobilisation constitue un indice de la réduction des coûts de main-d’œuvre unitaires. Mesurée ainsi, la part du travail relativement à celle du capital (équipement) a diminué de plus de la moitié au cours des quinze dernières années, tout au moins en ce qui concerne les nouveaux investissements.

    Ratio travail-capital des nouveaux projets d’immobilisation –
    Industrie légère – 2001-2015 – Québec
    Ratio travail-capital des nouveaux projets d’immobilisation – Industrie légère 2001-2015 – Québec

    Source: E&B DATA. CAPEX-en-ligne. Basé sur l’analyse de plus de 650 projets d’investissement.

  • La hausse de la valeur des livraisons par travailleur (augmentation de 23% sur les quinze dernières années3) constitue un autre indice de l’automatisation croissante des procédés4.

Bref, chaque nouvelle unité de production, et chaque produit manufacturé exigent une charge de travail de plus en plus faible5. Les coûts salariaux constituent un facteur de moins en moins critique dans la localisation des activités industrielles. Dans l’ensemble, les salaires ne composent que 15% des coûts des entreprises manufacturières québécoises6 et vraisemblablement moins pour les entreprises les plus automatisées. Clairement, les coûts de main-d’œuvre ne sont plus un obstacle significatif à la compétitivité des entreprises québécoises et de fait, ces dernières sont en mode investissement au Québec.

Quels secteurs de l’industrie légère sont en mouvement ?

Certains secteurs de l’industrie légère ont vu leurs niveaux d’investissement tripler ou même quadrupler entre 2006-2010 et 2011-2015 tels que dans les secteurs des fournitures biomédicales, des produits alimentaires de spécialité, de l’instrumentation, des pièces industrielles sur mesure, des technologies environnementales, des technologies énergétiques, des matériaux de construction, des véhicules spéciaux. Il s’agit de modernisations centrées sur les procédés (ex. : conversions numériques, conversions énergétiques) ou encore d’expansions et de nouvelles implantations basées sur de nouveaux produits.

Plus de création que de destruction

Les fermetures de capacité de production et les délocalisations semblent plus rares mais par contre, les nouveaux projets se multiplient. Absente du radar des statistiques officielles, une transformation est en train de se faire. Encore insuffisante pour permettre au niveau total d’investissement de retrouver les sommets d’autrefois – mais assurément un signe de vitalité et de renouvellement.

******

[1] Malgré une remontée depuis 2009, le niveau de l’investissement manufacturier (dépenses d’immobilisation) au Québec demeure encore inférieur aux niveaux atteints au début des années 2000. Source : Institut de la statistique du Québec à partir de l’Enquête annuelle sur les dépenses en immobilisations et réparations de Statistique Canada.
[2] L’industrie légère comprend l’impression et la fabrication d’aliments, de boissons et de produits du tabac, de textiles, de vêtements, de produits en cuir et de produits analogues, de produits en bois, de produits en plastique et en caoutchouc, de produits métalliques, de machines, de produits informatiques et électroniques, de matériel d’appareils et de composants électriques, de matériel de transport, de meubles et de produits connexes.
[3] Entre les périodes 2001-2005 et 2011-2015.
[4] Même si d’autres facteurs peuvent contribuer à expliquer cette hausse (ex. : révision de l’organisation du travail, orientation de la production vers des produits aux marges bénéficiaires plus avantageuses).
[5] L’impact d’un recours réduit à l’emploi est mitigé par le fait que, selon E&B DATA, la demande de travail dépassera l’offre dès 2020.
[6] Institut de la statistique du Québec, Portrait statistique du secteur manufacturier, édition 2013. Données pour l’année 2011 pour l’ensemble du secteur de la fabrication.

 

— Nouvelle publication —
Le Prospecteur

La publication mensuelle « Le Prospecteur » dresse le portrait d’un créneau industriel novateur présentant une occasion d’affaires et d’investissement au Canada.


 

E&B DATA INFOLETTRES


 


 


 


 

* champ requis

 

 
 

Dernière édition de :
PERSPECTIVES MÉGAPROJETS

Perspectives Mégaprojets 1Q2016

 

Fin de la grande époque des mégaprojets industriels

Commentaire

L’industrie légère : le nouveau poids lourd de l’économie québécoise ? — 2 commentaires

  1. Ping : LE SPECTRE DE LA STAGNATION SÉCULAIRE ‹ Libres Échanges

  2. Ping : Le spectre de la stagnation séculaire – Enjeux énergies et environnement